Musique

Vidéos

EPK Olivier EYT - tout seul tout nu @Maud Alessandrini 2017
Je ne peux plus dire je t'aime (J.HIgelin) avec Boudoir - O'Gib 2017 @Fanch Erwan

Concerts

 
 
 

BIO - presse

Depuis tout petit, partout où j’ai été, la musique et les mots ont toujours été là, et la voix a été mon chemin.

Sur le porte-bagages de mon vélo, je trimballe une mini-cassette qui joue « Le sud ». Dans ma chambre, le soir, mon électrophone passe les Pink Floyd. Dans le salon, la voix de Montand, et un piano qui m’offre ses touches.

Puis, sur les ondes d’Inter, Bernard Lenoir et ses nouveautés dans « Feedback ». Je mets les Clash, Bowie, Téléphone, les Bee-Gees… pour faire danser chaque mois à la Boum du lycée.

L’école, manier les mots, les dire. Faire parler la langue française, mon plaisir.

Plus loin, premières chansons, découvertes des couleurs du piano-jazz, et de ma pomme jouant des personnages au théâtre.

Paris, Théâtre-école du Passage, Niels Arestrup ; j’apprends que j’ai un corps.

J’accompagne des chanteurs, au piano, et des voyages, aux Amériques.

Je chante en groupe, choeurs classiques  et « Voisins  du Dessus » (des chanteurs de salle de bain)

Je prends le micro pour de bon en 2006 et ne le lâche plus.

Un premier album, « Adhésive », soufflé à l’oreille  par l’âme de Nougaro.

Suivront quatre années de « Balade à travers chants », spectacle en piano-voix célébrant la chanson française.

Puis les confrontations au sein de  l’atelier d’écriture de Claude Lemesle, et ces deux dernières années auprès d’Ignatus m’amènent à pondre d’autres chansons, avec d’autres mots.

J’entre par d’autres portes.

Je parle moins, et j’en dis peut-être plus…

Le projet « tout seul, tout nu » est né
Olivier Eyt
Hexagone N°2, décembre 2016
Olivier EYT "tout seul tout nu"
(la Plante a sons/ Ignatub)

Dans ce quatre titres, Olivier Eyt déshabille son âme et sa vie, pour se livrer à nous tout seul tout nu.

Le piano/voix fonctionne merveilleusement, tant l'écriture est simple et précise, les mélodies fort agréables.

On y rencontre une mamie pour le moins peu ordinaire, une enfant perchée dans les arbres, un homme inquiet de la perte de son coeur, et le vol d'un planeur.

A quand la suite ?

Marion Dieuloufet

Olivier Eyt, au Théâtre de l'Ile Saint-Louis Paul Rey

Dans la vie, cet homme pétille de malice, d'un humour bon enfant, d'une joie à créer comme sans doute nous l'indique sa chemise improbable. Le côté pile du chanteur au piano qui distille ses mots tendres et mélancoliques, sombres parfois, dans une forme éminemment poétique ?

Il faut vous dire qu'avec Olivier Eyt, il est bon de se laisser faire, de remiser les pâles et obscures limites de la réalité... Que l'on suive sa grand-mère qui dit qu'elle "n'a pas eu d'enfant, qu'elle en aura jamais", ou cette déambulation dans l'imaginaire d'un décor ou "l'air glisse dedans dehors pas pressé" ... ou cet enfant, petit cosmonaute qui danse, danse... ou bien encore cette chanson, série de portraits de pères, assez glaçants parfois :"Et toi, avec ton papa, c'était comment ?" Que l'on s'amuse de celui qui piste son profil sur son écran... Ou de sa curieuse façon de nous faire rire de la vieillesse, qu'il nous émeuve de ce qui s'en suivra inéluctablement "quand on viendra te chercher pour te glisser dans la boîte..." On aimera aussi beaucoup ce temps qui obsède, son tic-tac, dans cette chanson sur une musique de Jérôme Rousseaux/ Ignatus, cette envie d'arrêter le temps, surtout qu'il est un temps d'amoureux, pendant que "l'araignée a tissé sa toile ou que l'escargot tout excité a traversé le square"

Claude Fèvre, Décembre 2017 - Article complet sur le blog : chantercestlancerdes balles

 
 

Photographie : Fabienne Bailly

PHOTOS

 
  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon

© 2017 par la Plante a sons / créé avec Wix.com

Contacts

Contact booking: laplanteasons@gmail.com

Olivier Eyt: oeyt@free.fr / 06 21 22 29 20